Avant de commencer à écrire, il est indispensable de veiller à bien s’installer.

Revoyons ensemble les bonnes pratiques à adopter !

La posture

Tout d’abord, il faut être confortablement installé et adopter une bonne posture permet d’éviter quelques pièges.

  • Les pieds doivent être posés bien à plat.
  • L’avant-bras doit reposer sur la table et être perpendiculaire avec la partie du bras qui est le long du buste.

Dans l’idéal, le mobilier doit être adapté à la taille de l’enfant. Il est plus facile de jouer sur la hauteur d’une chaise que sur celle d’une table ! De nombreux modèles existent en effet dans le commerce. Mais je déconseille formellement les chaises roulantes, même si leur côté ludique attire les enfants. Elles sont à l’origine de mouvements parasites et n’aident en rien à adopter la bonne posture.

Si la table est trop haute, utilisez un marchepied. Cela permettra aux pieds de reposer bien à plat, surtout si l’enfant est encore petit et qu’il ne touche pas le sol.

Les épaules doivent faire face à la table et il faut se pencher légèrement pour écrire. Les épaules sont donc légèrement en avant du bassin et doivent être relâchées, détendues. Essayez d’éviter toute crispation !

La tenue de crayon

La tenue de crayon est fondamentale. C’est elle qui va permettre d’utiliser les doigts et non le poignet pour écrire.

Le crayon doit être posé sur le côté de la dernière phalange du majeur, puis tenu avec la pulpe du pouce. L’index vient ensuite se poser en souplesse sur le crayon ; il reste en position arrondie, détendu, sans pression. Le crayon repose dans la commissure pouce index. Il est dirigé vers l’arrière, dans l’axe de l’avant-bras. Le pouce doit être bien mobile et pouvoir se plier, puis se tendre. C’est bien ce mouvement de flexion/extension qui produit le mouvement du crayon, donc l’écriture.

Le poignet est bien droit ; il n’est pas « cassé » et il repose sur la table. Ce n’est pas lui qui doit être mobilisé lors de l’écriture. Il doit rester en contact avec la table, sans se relever ni « sauter ». Il doit au contraire se déplacer en glissant de gauche à droite, dans le sens de l’écriture. La main doit ainsi toujours rester alignée avec l’avant-bras.

La position du cahier

Le cahier (ou la feuille) doit être légèrement penché. Pour les droitiers, on incline à gauche et l’avant-bras se déplace en écartant le coude et en s’éloignant du buste. Pour les gauchers, on incline à droite et on décale un peu le cahier vers la gauche ; l’avant-bras se rapproche alors du buste. L’avant-bras qui écrit est toujours parallèle au bord de la feuille ou du cahier.

Mes cahiers d’écriture. L. Pierson- MDI

Enfin, la main doit toujours se placer sous la ligne d’écriture. Cette position permet à l’enfant de voir ce qu’il écrit. Pour les gauchers, c’est la seule façon d’éviter de tordre son poignet ce qui peut être à l’origine de douleurs importantes. Bien positionner son cahier et son avant-bras permet aussi d’assurer un déplacement fluide et harmonieux. Il est donc essentiel d’y penser !

Afin de retrouver ces bonnes pratiques, n’hésitez pas à télécharger ce mémo réalisé en collaboration avec les éditions mdi et l’association 5E, à l’occasion du concours « L’écriture, c’est la classe ! » organisé en partenariat avec la Semaine de l’écriture.