Catégorie : Avant/Après

Ismaël. 17 ans

Quand il est venu me voir, Ismaël débutait sa 1ère. C’était un excellent élève qui souhaitait poursuivre des études afin de devenir ingénieur. Mais il avait conscience que son écriture qui l’avait toujours gêné, pouvait désormais être une difficulté sérieuse dans la réussite de ses projets. Son écriture était en effet très petite et difficilement lisible, et cela malgré des efforts de propreté et de présentation. Il écrivait en script, ce qui le ralentissait considérablement et il souffrait parfois de douleurs.

Après un travail sérieux et assidu, et en à peine 3 mois, Ismaël a transformé son écriture. Elle est désormais fluide, efficace et agréable à lire. Il sait aussi qu’il doit continuer à s’entraîner à écrire régulièrement afin de gagner encore en vitesse.

Alban. 12 ans

Quand il est venu me voir en 6ème, Alban avait une écriture très irrégulière et presque illisible. Diagnostiqué dysgraphique, il écrivait de moins en moins et il souhaitait utiliser exclusivement la tablette au collège. Ayant déjà vécu de multiples suivis, il était très réticent devant le travail qui s’annonçait.

Après un travail sérieux et régulier, et l’accompagnement actif de sa maman, il a progressivement pu repérer ses progrès. Dès sa rentrée en 5ème, il a renoncé à sa tablette et a recommencé à noter lui-même ses cours. Aujourd’hui, il n’est plus gêné dans son travail écrit et a retrouvé une écriture efficace et lisible.

Lucas, 11 ans

Quand il est venu me voir, à la fin du CM2, Lucas avait une écriture maladroite, très hachée et peu lisible. Il avait eu de bons résultats scolaires jusque là, mais il avait peur de ne plus suivre le rythme au collège. Il était en effet plus lent que ses camarades.

Il a travaillé sérieusement pendant plusieurs mois, malgré les interruptions liées aux confinements. Il a réussi à ne pas se décourager et désormais, son écriture est tout à fait lisible et fluide. Lucas écrit maintenant au même rythme que ses camarades et son écriture ne le gêne plus du tout en classe.

Nicolas. 11 ans

Nicolas a commencé à rééduquer son écriture en 6ème. Il avait toujours eu des difficultés avec son écriture et n’avait jamais trop aimé écrire, surtout quand il fallait recopier des mots pour les apprendre. Il avait suivi des séances d’orthoptie qui avaient déjà soulagé ses efforts en classe. Mais son écriture restait maladroite et il avait fini par se résigner et accepter l’idée qu’il était « mauvais » en écriture. Malgré ses excellents résultats scolaires, il se sentait en échec et avait un peu honte de montrer son travail et ses cahiers.

Après des exercices réguliers et bien qu’au départ, il n’était pas très convaincu de pouvoir y arriver, il a désormais une écriture régulière, harmonieuse et qui reflète mieux la qualité de son travail d’élève de 5ème. Il accepte maintenant de le montrer sans avoir peur d’être moqué et dévalorisé.

Gwénaël. 7 ans, TDA et dyslexique

Gwénaël est venu me voir en milieu de CE1. Ce jeune garçon, timide et peu sûr de lui tremblait en écrivant et se plaignait également de douleur. Il était déjà suivi pour un trouble de l’attention mais aussi pour une dyslexie. Pour lui, écrire était très compliqué et cela lui demandait des efforts importants et beaucoup de temps. Il était accompagné en classe par une AVS qui notait l’essentiel de ses cours.

La rééducation a été relativement longue (11 mois), dans la mesure où, suivi par plusieurs spécialistes, il n’avait pas toujours le temps ni l’attention nécessaires aux exercices quotidiens. Il ne s’est néanmoins jamais découragé et il a réussi peu à peu à être moins crispé, à acquérir une bonne position de la main et à prendre confiance. Son travail s’est amélioré de façon significative, d’abord pendant les séances puis dans son travail scolaire.

Gwénaël doit encore gagner en régularité, mais je ne doute pas que le travail qu’il continue à faire renforcera ses progrès en écriture, progrès dont il peut déjà être très fier.

Alexandre. 7 ans, gaucher.

En début de CE1, Alexandre n’avait pas encore maîtrisé les règles de l’écriture. Il dessinait certaines lettres et il faisait beaucoup de lettre à lettre. Son écriture était maladroite, trop grande et elle n’était pas correctement posée dans l’espace, tant pour le suivi de ligne que pour le respect des marges. De plus, ce garçon, très exigeant et perfectionniste, ne comprenait pas pourquoi il n’arrivait pas à un résultat plus satisfaisant.

Après un travail sérieux et régulier, il a progressivement vu ses progrès et a repris confiance. Pour son début de CE2, il a désormais une écriture régulière, harmonieuse et efficace dont il est fier.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén